A la découverte du jardin à l’orée de soi, avec Charline et Gaël

Article publié le 8 mars 2019 Un article pour creuser le fonctionnement du jardin de Saint-Gobain dans l’Aisne, avec le récit d’une séance de jardinage et un focus sur le rôle de facilitateur·rice d’apprentissage, inspiré des écoles démocratiques.

Le jardin à l'orée de soi

  • Un jardin territorial autour de Saint-Gobain dans l’Aisne
  • Pour transmettre localement les pratiques de coopération, intelligence collective et gouvernance partagée.
  • Création en septembre 2018
  • Une vingtaine de membres

image nlphoto.jpg (4.4MB)

Un jardin créé au sein d’une association

Le jardin du nous A l’orée de soi est porté par l’association du même nom fondée en 2017 à Saint Gobain, dans l’Aisne. Initialement centrée sur un projet d’école démocratique, l’association a ensuite diversifié ses activités, autour de la formation et l’éducation de personnes de tous les âges et a créé en son sein un Jardin du Nous. Ses membres cultivent l’autonomie, la transmission, la bienveillance, la résilience, l’ouverture au monde et l’intelligence collective.

Et que se passe t-il dans ce jardin ?

image gars.png (0.5MB)
Gaël, rôle référent : « Ensemble, nous avons organisé différentes actions : initiation à la Communication Non Violente, formation collective en ligne à la gouvernance partagée (1ère édition du MOOC Gouvernance Partagée), initiation à la méthode des chapeaux de Bono, entraînement au pilotage dynamique par tensions.
Et d’autres actions sont en projet : découvrir sa mission de vie, ateliers de co-développement à la gouvernance partagée, parcours jardinier·e·s lors de la deuxième édition du MOOC, initiation à la gestion des conflits, parcours d’initiation à la coopération pour jardinier·e·s débutant·e·s.

Au niveau pédagogique, notre spécificité est d’avoir créé un rôle de facilitateur·rice d’apprentissage, inspiré des écoles démocratiques. Ses redevabilités sont les suivantes : être à l’écoute des besoins des jardinier·e·s, les accompagner dans leurs demandes et leur proposer des actions.»


L’apprentissage au sein du Jardin, focus sur le rôle facilitateur·rice d’apprentissage

image meuf.png (0.4MB)
Charline, rôle facilitatrice d’apprentissage « Pour nous, l’apprentissage naît d’une envie, un désir, source d’énergie. Cette énergie - que l’on peut aussi nommer motivation - va être investie dans des actions. Il s’ensuit plusieurs étapes : collecte d’informations - expériences, pratiques, connaissances, savoir-faire, etc. - puis expérimentations et enfin intégration par allers retours successifs entre expérience et prise d’informations, par échanges avec des pairs, par exemple.
Le rôle facilitateur·rice d’apprentissage a été créé pour soutenir les Jardinier·e·s, lorsqu’ ils·elles en expriment le besoin, à tout moment de ce processus de co-apprentissage : j’échange avec les Jardinier·e·s pour les aider à formuler leurs besoins. Concrètement, je peux fournir de la documentation ou aider à en trouver, accompagner un·e Jardinier·e dans l’organisation d’une action de jardinage, organiser une action : formation, co-développement, échanges informels… »

Description d’une séance de « jardinage »


Contexte
Nous sommes un petit groupe de 5 jardinier·e·s qui nous réunissons pour revoir ensemble les différents modules du MOOC sur la gouvernance partagée. Nous nous rencontrons deux fois par mois, pendant deux heures. Nous avons créé des rôles fixes, comme rôle Organisateur et le rôle Inclusion et des rôles tournants, rôle Facilitation et le rôle Accueil.

Récit de la séance consacrée au module 1

« Ce dimanche, nous sommes 4 à nous réunir autour du paperboard, avec galette des rois et tasses de thé, chez l’une d’entre nous. Je facilite la rencontre. Je commence la séance par un petit tour de météo puis enchaîne en demandant à chaque participant·e d’exprimer ses attentes par rapport à la séance du jour : revenir sur la méthode des « 5 pourquoi », s’entrainer à animer une séquence avec les 6 chapeaux de Bono, mieux comprendre les différentes couleurs des 6 chapeaux.

Nous décidons de commencer par nous remémorer les différentes couleurs de chapeaux : E. note sur le paperboard les différents chapeaux et à quoi ils se rapportent ; les autres participant·e·s l’aident dans cette tâche. Puis une discussion libre s’engage sur ce que chacun·e a compris de cette méthode, ses objectifs.

M. expérimente ensuite l’animation d’une séquence avec les 6 chapeaux autour de la question suivante : « Comment le Jardin peut répondre au mieux aux attentes des Jardiniers ? ». Il définit une suite de chapeaux avec des questions intermédiaires, et sollicite l’avis des autres participant·e·s sur son choix. Au cours de son animation, il sollicite l’avis des autres jardinier·e·s sur les aspects qui le questionnent. A la fin de la séquence, nous décidons de garder le résultat de ce travail pour soumettre les idées qui ont émergé à la prochaine réunion de gouvernance du jardin !

Pour finir, C. teste la méthode des 5 pourquoi en partant d’une question de son choix. Nous discutons ensuite librement du contexte d’utilisation de cet outil. L’heure tourne et la séance de jardinage touche à sa fin. Je propose à chacun·e de terminer par un tour de météo de fin avec un retour sur l’animation de la séance. »